Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gillesleskieur.com
  • Gillesleskieur.com
  • : Guide de haute montagne UIAGM/IFMGA Professeur de ski ISIA
  • Contact

Joli...

Recherche

Articles Récents

9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 13:30

Par le couloir WSW intégral
André Roch, Robert Gréloz, Jean Weiglé, TD, 3 aout 1944, cette voie est très dangereuse à cause des chutes de pierres
Franchir la rimaye et s'élever par le couloir directement au sommet. A mi-hauteur il est légèrement coudé. Un peu au dessous de ce coude, un passage très difficile exige des pitons.

C'est par ces quelques lignes que le Topo du Club Alpin Suisse, décrit notre projet de descente.

Partis le jeudi de Ferpècle, Yannick et moi sommes rejoint dans la soirée par Olivier. Après une veillée rassemblés autour du poêle de la cabane par 4 degrés, nous nous couchons, l'esprit plein de questions. Montés pour reprendre un itinéraire de Dédé Anzévui en face sud ouest, nos plans ont changés.

Depuis ma première descente dans cette face, il y a 2 ans, j'avais l'esprit accroché à une autre ligne, la plus directe, la plus pure, la plus raide et exposée aussi.  La Ligne est formée, mieux que jamais je ne l'ai vue. Il faut essayer.
6h, le réveil sonne, je m'extirpe lentement des 3 duvets qui m'ont permis de passer une bonne nuit, bien au chaud. Même si j'ai bien dormi, ce n'est visiblement pas le cas de tout le monde. Le ronronnement du Jetboil et avec lui la perspective d'un bon cappuccino donne finalement le sourire à tout le monde. Le déjeuner avalé, la cabane bouclée, nous glissons vers la rampe qui nous permettra l'accès au pied de la face ouest et du grand couloir.
Dans cette traversée que nous avions certainement sous estimée, nous sommes tout de suite mis dans l'ambiance.  La neige est dure, la pente soutenue et l'exposition déjà maximale.
Une fois au bout de ce premier échauffement, nous tombons en arrêt devant le mur que représente la face Ouest. Enorme, magnifique mais surtout improbable à ski. C'est le dernier moment pour renoncer ou changer d'itinéraire. Un petit coup de jumelles plus tard, nous rechaussons les crampons et nous nous engageons, piolets ancreurs en mains pour un long voyage vertical.
Le premier passage clef, un plaquage de neige très raide et exposé, devrait nous permettre de trouver une faille dans l'immense falaise qui le surplombe. La pente se fait vraiment raide, je sors le clinomètre…. 60 degrés, je n'en crois pas mes yeux, me retourne vers mes camarades et leur annonce la couleur. On voulait du raide, apparemment on va être servi!
Un peu plus haut, nous progressons sur une écharpe de neige, c'est fin, les cailloux ne sont vraiment pas loin, et si la neige ne ramolli pas le passage à la descente risque d'être problématique. Au bout de celle-ci, le petit couloir que nous espérions trouver, se dévoile. On passera, c'est sûr. Pour surmonter la paroi rocheuse qui nous sépare du haut de la face, il nous faudra encore gravir une mince goulotte de glace et de rochers. Les piolets ancrent bien et les crochetages sont  assez faciles. Bientôt, une plate-forme providentielle nous accueille. Nous l'aménageons en prévision de la descente. Ici il faudra poser un rappel, pas le choix. Olivier installe déjà un relai avec des cordelettes qu'il passe autour de quelques becquets de rochers. Nous taillons aussi une petite rampe d'accès, trait d'union entre la pente et le seul endroit plat que nous rencontrerons entre le sommet (…) et le glacier 800 mètres plus bas.
Après avoir avalé une goutte, la montée reprend. Nous, qui croyions trouver ici des pentes moins raides sommes surpris, tout se redresse, c'est sévère. L'ombre et la neige, dure, souvent lustrée, rajoutent à l'ambiance; une belle course à la montée, c'est certain. Mais qu'en sera -t'il à la descente? Une chose est certaine, le timing sera crucial. Un peu trop tôt et la neige sera encore verglacée, dure, ne garantissant pas une bonne accroche pour une descente sûre. Un peu trop tard et la neige se mettra à couler, les pierres à voler. Et au pire des cas, les plaquages de neige sur lesquels nous évoluerons pourraient se dérober sous nos skis.
Avec ses contraintes en tête, nous progressons lentement vers le haut, louvoyant dans ce gigantesque entonnoir, cherchant le meilleur passage. Un peu en dessous du sommet, le soleil, d'abord rasant, nous réchauffe de ses rayons… Espérons qu'il en fasse de même pour la neige. Les 3 guides que nous sommes se relayent devant pour tracer. L'altitude aidant, le travail est laborieux mais nous avançons bien. Vers 11h30 j'embrasse la croix, les autres me rejoignent aussitôt.
On s'installe, le plus confortablement possible. Il n'y a pas de vent, le décor est fabuleux, autant en profiter. Nous mangeons et trinquons avec une canette de coca que j'ai apporté jusque-là exprès. Nous préparons aussi nos affaires pour la descente, et, après une brève concertation, nous décidons de basculer dans la face à 13 heures. J'emporte la corde et ouvre la voie, Yannick me suivra. Olivier nous moulinera au rappel de 40 mètres avant de descendre lui même. Sur le papier tout est réglé, il ne reste plus qu'à skier et exécuter le plan fixé….

Le temps est venu, je chausse mes skis, bloque mes fixations, serre mes chaussures, contrôle  brièvement mon sac et mon baudrier, salue mes deux collègues, prends trois grandes respirations et c'est parti. Dès les premières mètres je m'aperçois que la neige n'est pas assez dégelée. On est à plus de 4000 mètres, espérons que notre calcul est bon et que ça change plus bas. Après deux trois mètres de dérapage, je déclenche mon virage, ce sont toujours les trois ou quatre virages qui conditionnent la descente. Ca se passe bien, les skis accrochent, la neige est dure certes mais abrasive. Apres une soixantaine de mètres, je m'abrite sous des rochers et attends Yannick puis Olivier. Les visages sont concentrés. Nous enchaînons ainsi le tiers haut de la face, skiant tour a tour pour ne pas déséquilibrer les autres avec la neige qui coule quand même un peu.

Vers 4100 mètres, c'est le soulagement, la neige se détend, les hommes aussi. les virages s'enchaînent, toujours précis mais désormais avec plus de sérénité. Nous suivons nos traces de montées, une aide précieuse, pour finalement arriver sur notre plate-forme. Je suis le premier à y prendre pied et ne peux m'empêcher de laisser échapper un soupire de soulagement, tout se passe bien, le timing est idéal. J'essaye tant bien que mal de rester concentré. Yannick me le rappelle gentiment, la rampe en dessous du rappel est tout sauf anodine. C' est en effet l'un des passages clefs, mais avec la neige qui est douce maintenant, ça devrait aller. Je charge mon sac et commence à me laisser aller dans la corde qui me dépose en douceur au bout des 40 mètres de la goulotte.

Je taille rapidement une plateforme, Yannick me rejoint et je m'engage dans le couloir alors qu'Olivier arrive à son tour. Le couloir est très raide et je sais que la rampe l'est encore plus. Malgré tout lorsque j'y arrive, les 60 degrés de celle-ci passent presque inaperçu tant la neige est bonne. PILE A L'HEURE!!! Je hurle de joie, le plus dur est derrière, les autres me rejoignent, me dépassent, on avale le fond, pourtant toujours à plus de 50 degrés, en grands virages, l'ambiance est détendue. Bientôt nous avons passé la rimaye et rejoint notre dépôt!

Ca y est, c'est fait, cette descente dont j'avais rêvé, nous l'avons skie avec le plus grand style! Yannick propose de la nommer SWISS FALL LINE, nous acceptons avec plaisir. Il ne nous reste plus qu'à glisser jusqu'à Bricola et rejoindre Ferpècle.  Merci à mes deux compagnons, pour ce somptueux cadeau d'anniversaire qui restera sans doute comme une des plus belles descentes de ma vie!

Swiss Fall LineL1030851

dtbl-2013 4673.1

L1030853

L1030858dtbl-2013 4694.1

L1030861

dtbl-2013 3335

dtbl-2013 4697.2

L1030866

L1030867.1

dtbl-2013-33371111.jpg

L1030859

dtbl-2013 4704.1

dtbl-2013 4711.1

dtbl-2013 4714.1

L1030872

dtbl-2013 4706.1

dtbl-2013 4716.1

L1030874

dtbl-2013 4724

dtbl-2013 4726

dtbl-2013 47281

dtbl-2013 4740

dtbl-2013 3344

L1030876

dtbl-2013 4755.1

dtbl-2013 4759

photo

dtbl-2013 3351.1

L1030883Sans titre

M3MtW

dtbl-2013 4790.1

dtbl-2013 4795

dtbl-2013 4828

V6rXf

dtbl-2013 4844

n5RpI

REPXx.1

L1030912.1

L1030911.1

hb0dx

dtbl-2013 4885

dtbl-2013 4896.1

dtbl-2013 4919.1

dtbl-2013 4902.1

dtbl-2013 4924.1

Sans-titre9.jpg

dtbl-2013 4952

dtbl-2013 4957

 

Pour vous faire une idée voici une photo de notre ligne en été....

ligne ete

 

Merci d'avoir pris le temps de tout lire, j'attends vos commentaires!!! bientôt la vidéo...

Partager cet article

Repost 0
Gilles le skieur - dans Ski
commenter cet article

commentaires

kaloup 27/04/2014 09:10

Félicitations les gars, impressionnant la verticale !
On attend le film avec impatience ;-)

maurice 08/04/2014 21:38

vous aviez promis une vidéo, elle est où ?

Encore bravo pour cette descente qui est pour moi la meilleure de 2013 !!

Maurice

Laurent LEEMANS 16/03/2014 22:18

bravo les gars, belle réalisation .

laurent LEEMANS 04/01/2014 23:11

Je viens seulement de découvrir cette belle réalisation ! Bravo les gars, superbe ligne bien technique . Bonne saison 2014

Isabelle 08/08/2013 12:25


Superbe! Bravo et bonne continuation!